Archive of ‘Les articles’ category

Le projet Riding habit d’après le tableau de Lady Worsley : la petite histoire

Au 18ème siècle, les femmes ont besoin de vêtements pratiques pour l’équitation, les voyages et marcher à l’extérieur. Les vêtements d’équitation (riding habit) ont été réalisés sur la base d’une veste et d’un gilet homme porté avec une chemise à col haut. La veste femme est plus courte que le celle de l’homme, mais a des boutons et garniture comparables. Le gilet est également similaire à la version d’un homme. Cependant porter une culotte était impensable pour une femme au 18em siècle, la jupe s’est donc imposée. L’ensemble peut être simplement fait de lin, de coton ou de laine, de soieries brochées, taffetas. La qualité des tissus est un facteur de délimitation de statut.

Il peut être agrémenté de volants, et habillé avec une bordure en dentelle au poignet. Mais il faut éviter la dentelle, si vous n’êtes pas de la noblesse.

Le projet Riding habit d'après le tableau de Lady Worsley : la petite histoire
Le projet Riding habit d'après le tableau de Lady Worsley : la petite histoire
Le projet Riding habit d'après le tableau de Lady Worsley : la petite histoire

a savoir que: Une femme avait besoin de deux hommes pour monter à cheval. elle devaient toujours prendre un moment pour ajuster sa robe afin d’être bien assis de même pour descendre une femme a également besoin d’un homme.

Une femme était dépendante des hommes et ne pouvait pas voyager ou aller à la chasse sans nécessiter l’aide à l’avance. Il était clair à l’époque que les femmes avaient plus de restrictions que les hommes à monter et c’est pour cela que les femmes ont pensé à s’inspirer des tenues des hommes pour s’habiller.

Wright, “Mr. & Mrs. Thomas Coltman,” 1769-73

Wright, “Mr. & Mrs. Thomas Coltman,” 1769-73

détail:The Drummond Family Johan Joseph Zoffany 1769

détail:The Drummond Family Johan Joseph Zoffany 1769

The Countess of Coningsby in the Costume of the Charlton Hunt, c.1760/61 George Stubbs

The Countess of Coningsby in the Costume of the Charlton Hunt, c.1760/61 George Stubbs

Lady Charles Spencer by Joshua Reynolds and published in London in 1776.

Lady Charles Spencer by Joshua Reynolds and published in London in 1776.

Double Portrait of Henry and Mary Styleman by Johann Zoffany, 1780 - 1783

Double Portrait of Henry and Mary Styleman by Johann Zoffany, 1780 – 1783

Projet mariage (anna karenine)

Voici un projet qui m’a occupé plusieurs mois , en effet comme je l’ai annoncé dans un précédent article. Je devais préparer les costumes de mon mariage.

Dans cette série d’articles, je vous montrerai donc les différentes réalisations, mais vous n’en verrez pas les images de constructions.

Il n’y aura que le résultat.

La première étape de ce projet a été de définir le thème. En novembre j’ai regardé le film anna karenine 2012 de Tom Stoppard avec Keira Knightley, Jude Law, Aaron Taylor-Johnson. j’ai adoré la scène du bal et j’ai été marqué par le costume du monsieur ! (vronsky)

Projet mariage (anna karenine)
Projet mariage (anna karenine)

Mon futur qui est à présent mon mari , est lui aussi blond aux yeux bleus, j’ai tout de suite voulu réaliser ce costume.

Mais alors que faire pour aller avec? Anna karenine est brune mais lors de cette scène elle est habillée de noir et je me voyais pas du tout me marier en noir !

Projet mariage (anna karenine)

j’ai donc choisi de réaliser le robe de kitty

Projet mariage (anna karenine)
Projet mariage (anna karenine)

Voici  donc mon projet  :

Des chaussures façon XVIIIem et du custom

C’est vrai il n’y a rien d’historique la dedans et on s’en fiche parce que c’est vraiment très joli, Customiser des chaussures de cette façon, c’est très gourmand et c’est surtout une bonne source d’inspiration pour de futurs créations .. Cela donne envie d’avoir une paire différentes pour chaque tenue, j’y penserais lorsque je tomberais cet été sur des ballerines à 4 ou 5 euros 😉

Beaucoup de model sont de: Oxford is heaven (impressionnant de talent) :

http://www.etsy.com/fr/shop/OxfordIsHeaven

Les autres sont tirées du film Marie antoinette: sofia Coppola

Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom
Des chaussures façon XVIIIem et du custom

vous voulez en voir plus c’est par ici :

http://www.flickr.com/photos/oxfordwillbeinheaven/

Les coiffures folles et chapeaux fous du XVIII em

Les coiffures changeaient de mode plus souvent encore que les chaussures, et le nombre des coiffeurs de dames n’avait pas cessé de s’augmenter depuis la Régence, tellement qu’on n’en comptait pas moins de douze cents à Paris, quand la communauté des perruquiers leur intenta un procès, en 1769, comme à des faux frères et à des concurrents déloyaux. Les coiffeurs de dames firent une belle défense ; leur avocat publia un mémoire tout à fait piquant où il rabaissait les prétentions des maîtres barbiers-perruquiers : « L’art du coiffeur des dames, disait-il, est un art qui tient au génie et, par conséquent, un art libéral et libre. L’arrangement des cheveux et des boucles ne remplit même pas tout notre objet. Nous avons sans cesse sous nos doigts les trésors de Golconde ; c’est à nous qu’appartient la disposition des diamants, des croissants, des sultanes, des aigrettes. »

Au portrait du coiffeur des dames, le factum opposait le portrait caricaturé du perruquier : « Le perruquier travaille avec les cheveux, le coiffeur sur les cheveux. Le perruquier fait des ouvrages de cheveux, tels que des perruques, des boucles ; le coiffeur ne fait que maniérer les naturels, leur donner une modification élégante et agréable. Le perruquier est un marchand qui vend la matière et son ouvrage ; le coiffeur ne vend que ses services. »

Les coiffeurs l’emportèrent et les perruquiers perdirent leur procès. On vit alors le coiffeur Legros instituer une Académie de coiffure et publier un gros livre à figures intitulé : l’Art de la coiffure des dames françaises. Un autre coiffeur, Léonard, le rival de Legros, imagina de remplacer le bonnet qui couronnait la coiffure des dames par des gazes et des chiffons artistement distribués dans les cheveux : il parvint ainsi à employer dans une seule coiffure quatorze aunes de gaze.

Ce fut Léonard qui créa les coiffures extraordinaires et magnifiques que la mode imposa pendant plus de dix ans à toutes les têtes : la coiffure à la dauphine dans laquelle les cheveux étaient relevés et roulés en boucles qui descendaient sur le cou ; la coiffure à la monte-au-ciel, remarquable par son élévation pyramidale ; la coiffure loge d’opéra qui donnait à la figure d’une femme soixante-douze pouces de hauteur depuis le bas du menton, jusqu’au sommet de la figure et qui divisait la chevelure en plusieurs zones, chacune ornée et agencée d’une manière différente, mais toujours avec un accompagnement de trois grandes plumes attachées au côté gauche de la tête dans un nœud de ruban rose chargé d’un gros rubis ; la coiffure à la quesaco avec trois plumes derrière la tête ; la coiffure en pouf c’est-à-dire n’ayant pas d’autre ordre que la confusion d’objets divers, plumes, bijoux, rubans, épingles qui entraient dans sa composition.

On accumulait, dans cette incroyable coiffure, des papillons, des oiseaux, des amours de carton peint, des branches d’arbres, des fruits et… et même des légumes ! Au mois d’avril, la duchesse de Chartres, fille du duc de Penthièvre, parut à l’opéra, coiffée d’un pouf à sentiment, sur lequel on voyait le duc de Beaujolais, son fils aîné, dans les bras de sa nourrice, un perroquet becquetant une cerise, un petit homme noir de peau, et des dessins à chiffres en cheveux, composés avec les cheveux mêmes des ducs d’Orléans, de Chartres et de Penthièvre.

Que d’autres coiffures non moins extraordinaires nous pourrions citer : les coiffures au temps présent, bonnets enjolivés d’épis de blé et surmontés de deux cornes d’abondance ; les coiffures au Colisée, à la Sylphide, au Hérisson, au Parterre galant, à la Belle-Poule, avec une vraie frégate sur la tête. « Les coiffures parvinrent à un tel degré de hauteur, dit Mme Campan, par l’échafaudage des gazes, des fleurs et des plumes, que les femmes ne trouvaient plus de voilures assez élevées pour s’y placer et qu’on leur voyait souvent pencher la tête à la portière. D’autres prirent le parti de s’agenouiller pour ménager d’une manière encore plus sûre le ridicule édifice dont elles étaient surchargées

 

source:http://www.paperblog.fr/820888/coiffures-du-18eme-siecle/

 

3 tutos pour réaliser des coiffures :

http://lacoiffureenhistoire.blogspot.fr/2007/11/la-coiffure-en-histoire-xvii-xviii.html

articles +++:

http://www.coiffure-ducher.fr/louisxvi_femgene.html

http://www.coiffure-ducher.fr/louisxvi-chapeaux.html

 

la vidéo la plus connu je pense pour réaliser un pouf et un maquillage

http://www.youtube.com/watch?v=CgFkCz4wAmE

 

Les coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII emLes coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII emLes coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII em
Les coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII emLes coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII emLes coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII em
Les coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII emLes coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII emLes coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII em
Descrizione: De gauche a droite en haut un bonnet turban et un chapeau a la chinoise en bas un bonnet du matin et un chapeau a la tartare en 1787 gravure tiree du livre "Paris a travers les siecles" tomeVI , 1878

Descrizione: De gauche a droite en haut un bonnet turban et un chapeau a la chinoise en bas un bonnet du matin et un chapeau a la tartare en 1787 gravure tiree du livre « Paris a travers les siecles » tomeVI , 1878

De gauche a droite en haut un chapeau bateau renverse en 1788 et en deuil un bonnet au globe en aout 1789 en bas un bonnet aux trois ordres reunis en septembre 1789 et en demi deuil un chapeau a soufflet en 1789 gravure tiree du livre "Paris a travers les siecles" tomeVI , 1878

De gauche a droite en haut un chapeau bateau renverse en 1788 et en deuil un bonnet au globe en aout 1789 en bas un bonnet aux trois ordres reunis en septembre 1789 et en demi deuil un chapeau a soufflet en 1789 gravure tiree du livre « Paris a travers les siecles » tomeVI , 1878

De gauche a droite un deshabille du matin appele Pierrot en 1787 une coiffure a la belle poule en 1780 un chapeau coiffure bonnette une robe a la turque grande parure en 1786 gravure tiree du livre "Paris a travers les siecles" tomeVI , 1878

De gauche a droite un deshabille du matin appele Pierrot en 1787 une coiffure a la belle poule en 1780 un chapeau coiffure bonnette une robe a la turque grande parure en 1786 gravure tiree du livre « Paris a travers les siecles » tomeVI , 1878

De gauche a droite Bonnet de la mariniere en 1787 un grande coiffure en 1785 et un chapeau bonnette en 1786 gravure tiree du livre "Paris a travers les siecles" tomeVI , 1878

De gauche a droite Bonnet de la mariniere en 1787 un grande coiffure en 1785 et un chapeau bonnette en 1786 gravure tiree du livre « Paris a travers les siecles » tomeVI , 1878

Chapeau à la Bostonienne - Chapeau à la Voltaire - Nouveau Casque à la Minerve ou la Pucelle d'Orléans - Bonnet à la Chérubin, vu sur le côté.

Chapeau à la Bostonienne – Chapeau à la Voltaire – Nouveau Casque à la Minerve ou la Pucelle d’Orléans – Bonnet à la Chérubin, vu sur le côté.

Coiffure au Consiteor - Chapeau au Figaro parvenu - Bonnet à la Chérubin, vu par devant - Chapeau à la Saint Domingue – Le même chapeau vu sur le côté – Chapeau à la Minerve Bretonne.

Coiffure au Consiteor – Chapeau au Figaro parvenu – Bonnet à la Chérubin, vu par devant – Chapeau à la Saint Domingue – Le même chapeau vu sur le côté – Chapeau à la Minerve Bretonne.

Coiffure de Mme Dugason dans le rôle de Babet, à la Comédie Italienne – Coiffure de Mlle S. Huberti de l’Académie Royale de Musique – Coiffure de Mlle Maillard dans le rôle d’Ariane, opéra – Nouveau Chapeau à la Figaro – Nouveau Chapeau à la Charlottembourg

Coiffure de Mme Dugason dans le rôle de Babet, à la Comédie Italienne – Coiffure de Mlle S. Huberti de l’Académie Royale de Musique – Coiffure de Mlle Maillard dans le rôle d’Ariane, opéra – Nouveau Chapeau à la Figaro – Nouveau Chapeau à la Charlottembourg

Coiffure à la nouvelle Charlotte - Coiffure de la Beauté de St James – Coiffure à l’Insurgente - Bonnet à la candeur.

Coiffure à la nouvelle Charlotte – Coiffure de la Beauté de St James – Coiffure à l’Insurgente – Bonnet à la candeur.

Chapeau à la Theodore - Chapeau de velours noir - Chapeau à la Provençale - Chapeau/bonnet mis sur une baigneuse - Pouf à la Tarare - Coiffure simple - Chapeau/bonnet à créneaux - Bouffant et frisure en crochets - Chapeau à la Théodore - Chapeau avec aigrette esprit de plumes - Autre Chapeau à la Tarare - Bonnet à gueule de Loup - Bonnet à grande gueule de Loup - Chapeau à la Tarare - Autre Chapeau bonnette - Simple chapeau à la Tarare.

Chapeau à la Theodore – Chapeau de velours noir – Chapeau à la Provençale – Chapeau/bonnet mis sur une baigneuse – Pouf à la Tarare – Coiffure simple – Chapeau/bonnet à créneaux – Bouffant et frisure en crochets – Chapeau à la Théodore – Chapeau avec aigrette esprit de plumes – Autre Chapeau à la Tarare – Bonnet à gueule de Loup – Bonnet à grande gueule de Loup – Chapeau à la Tarare – Autre Chapeau bonnette – Simple chapeau à la Tarare.

Les coiffures folles  et chapeaux  fous du XVIII em
de femmes du XVIIIe siècle coiffées de cheveux en « échelle de boucles », rubans, plumes, fleurs, bijoux ... En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/1670632/deux-coiffures-du-xviiie-siecle/#2Lats6uGOGDubuDb.99 de femmes du XVIIIe siècle coiffées de cheveux en « échelle de boucles », rubans, plumes, fleurs, bijoux ... En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/1670632/deux-coiffures-du-xviiie-siecle/#2Lats6uGOGDubuDb.99

de femmes du XVIIIe siècle coiffées de cheveux en « échelle de boucles », rubans, plumes, fleurs, bijoux … En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/1670632/deux-coiffures-du-xviiie-siecle/#2Lats6uGOGDubuDb.99