Penser son projet

Au cours des semaines, je vais publier une série d’articles sur ma façon de penser et de percevoir la couture. Les articles ne suivront pas forcément un ordre défini. Les sujets seront variés (certains plus léger que d’autres). Le but n’étant aucunement de vous faire culpabiliser sur votre façon de faire ou de ne pas faire. Je le précise d’entrée de jeu parce que je ne voudrais pas que certains de mes propos blessent des gens alors qu’ils ne sont pas personnellement visés. Ce sera surtout pour répondre à certaines questions que vous m’avez posées ou que vous aimeriez me poser. Exposer ce que j’ai ressentie et par quoi je suis passée durant mes 13 années de couture.

Mes idées exposées sont tel que je les pense sur l’instant mais rien n’est figé parce que celons-moi, pour pouvoir évoluer, avancer il faut savoir se remettre en question.

Attention : lol « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.Le but n’étant aucunement de vous faire culpabiliser sur votre façon de faire ou de ne pas faire.  je ne voudrais pas que certains de mes propos blessent des gens alors qu’ils ne sont pas personnellement visés. L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir. »

La phrase de la semaine :

Penser son projet : « Je pense donc je suis » ça marche aussi pour votre costume !

Commencer un projet c’est comme s’en aller vers une nouvelle aventure. On peut avoir un coup de cœur, avoir vu une image au hasard du net, un film, un dessin animé. On peut simplement aimer ce personnage au point d’avoir envie de l’incarner. Le projet est influencé par les saisons : en hivers les couleurs sont plus sombres ou au contraire en été on voudra de la lumière.

Le projet c’est un bout de vie et il est comme une éponge qui absorbe tout ce qui fait l’instant de sa conception : Si on est triste, gai, si on a de l’argent ou pas, si on a du temps ou pas. Et au final quand on le fini, c’est un bout de notre histoire qui se termine. Un peu comme un bon livre qu’on regrette ensuite parce qu’il est fini et qu’on est triste de quitter les personnages.

Parfois quand je termine un projet : je suis triste, je me sens démunie mais que vais-je faire ensuite ? Pourrais-je faire mieux la prochaine fois. D’autre fois je suis en colère ou j’en ai marre parce que j’ai trop traîné sur le sujet ou que le feeling est passé. Mais ce qu’il en reste au final c’est la satisfaction de l’avoir fait.

(suite…)

Le projet dark Leïa  Star Wars: Les épaulettes

J’ai opté pour une version souple en mousse et pas rigide en worbla.

Je voulais de la légèreté et de la mobilité.
Je perds par contre en solidité mais je gagne en confort.
Pour fabriquer les épaulettes j’ai suivi les instructions du patron. J’ai changé les décorations. J’ai collé la deuxième couche de mousse décorative avec de la colle néoprène en tube.


J’ai ajouté une phase de préparation de la mousse pour obtenir un rendu lisse. J’ai appliqué 3 couches de Gesso

J’ai peint avec mon acrylique noir et argent puis j’ai appliqué 3 couches de colle à bois comme finitions. J’ai bien aimé le coté matifiant et en même temps légèrement irisé. Cela a donné un un rendu vraiment sympa.
J’ai chauffé avec les secs cheveux mes formes pour leurs donner une base concave. Je me suis servie d’attaches parisiennes pour fixer les pièces entre elle et de la colle chaude.
Pour fixer les épaulettes sur le corset et la cape j’ai collé des boutons pression.

(suite…)

1 2 3 98