Le projet Dark Leia Star wars : la sacoche

Le patron se compose des pièces si dessous : un grand rectangle (deux carré face et dos + base du dessous+plat de la fermeture+ pièce circulaire rabat) et de deux cotés

On va couper le grand rectangle, les deux cotés en simili + une pièce circulaire qui va servir de doublure.
Et on va couper un grand rectangle (un peu plus court puisqu’on va remplacer la partie circulaire avec du simili) et les deux cotés avec de la doublure.
Je n’ai pas d’image pour la prochaine étape.
On coud endroit contre endroit la partie circulaire en simili contre celle du grand rectangle. IL faut Cranter avant de retourner.

Ensuite on va coudre à plat la doublure

(suite…)

A quoi peut bien servir Internet en couture ?

Attention : lol « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.Le but n’étant aucunement de vous faire culpabiliser sur votre façon de faire ou de ne pas faire.  je ne voudrais pas que certains de mes propos blessent des gens alors qu’ils ne sont pas personnellement visés. L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir. »

A quoi peut bien servir Internet en couture ?

Le web :

réponse 1: à apprendre
Si je n’avais pas eu internet je n’aurais sans doute jamais pu obtenir le même résultat. Le net c’est quand même malgré tout ce que l’on peut dire un formidable outil pour les recherches et les apprentissages. La plus grande base d’information et de documentions sans avoir à se déplacer. Les possibilités sont infinies puisque c’est participatif. Tous nous avons quelques choses à donner et tous nous pouvons apprendre des autres.
C’est ce que j’ai fait grâce au net. Je remercie toutes les personnes qui ont bien voulu publier afin de partager leurs expériences. En retour il m’a semblé normal de faire la même chose en retour. C’est pour cela que j’ai d’abord ouvert un blog qui ne me suffisait plus et puis un site.
Vous pourrez avec le net dépasser vos limites et trouver les réponses à vos questions pourvu que vous vous donniez la peine de chercher.

(suite…)

Penser son projet

Au cours des semaines, je vais publier une série d’articles sur ma façon de penser et de percevoir la couture. Les articles ne suivront pas forcément un ordre défini. Les sujets seront variés (certains plus léger que d’autres). Le but n’étant aucunement de vous faire culpabiliser sur votre façon de faire ou de ne pas faire. Je le précise d’entrée de jeu parce que je ne voudrais pas que certains de mes propos blessent des gens alors qu’ils ne sont pas personnellement visés. Ce sera surtout pour répondre à certaines questions que vous m’avez posées ou que vous aimeriez me poser. Exposer ce que j’ai ressentie et par quoi je suis passée durant mes 13 années de couture.

Mes idées exposées sont tel que je les pense sur l’instant mais rien n’est figé parce que celons-moi, pour pouvoir évoluer, avancer il faut savoir se remettre en question.

Attention : lol « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.Le but n’étant aucunement de vous faire culpabiliser sur votre façon de faire ou de ne pas faire.  je ne voudrais pas que certains de mes propos blessent des gens alors qu’ils ne sont pas personnellement visés. L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir. »

La phrase de la semaine :

Penser son projet : « Je pense donc je suis » ça marche aussi pour votre costume !

Commencer un projet c’est comme s’en aller vers une nouvelle aventure. On peut avoir un coup de cœur, avoir vu une image au hasard du net, un film, un dessin animé. On peut simplement aimer ce personnage au point d’avoir envie de l’incarner. Le projet est influencé par les saisons : en hivers les couleurs sont plus sombres ou au contraire en été on voudra de la lumière.

Le projet c’est un bout de vie et il est comme une éponge qui absorbe tout ce qui fait l’instant de sa conception : Si on est triste, gai, si on a de l’argent ou pas, si on a du temps ou pas. Et au final quand on le fini, c’est un bout de notre histoire qui se termine. Un peu comme un bon livre qu’on regrette ensuite parce qu’il est fini et qu’on est triste de quitter les personnages.

Parfois quand je termine un projet : je suis triste, je me sens démunie mais que vais-je faire ensuite ? Pourrais-je faire mieux la prochaine fois. D’autre fois je suis en colère ou j’en ai marre parce que j’ai trop traîné sur le sujet ou que le feeling est passé. Mais ce qu’il en reste au final c’est la satisfaction de l’avoir fait.

(suite…)

1 3 4 5 6 7 103